documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Caroline DUCHATELET 

Filmer l'aube, c'est accueillir la naissance du visible. La montée progressive de la lumière du jour révèle la matière du monde et trace ses contours. Le temps de la vidéo, la métamorphose continue de l'image manifeste l'extrême plasticité du visible, son infinie puissance d'apparition et de disparition, de figuration et de déformation.

Le geste de Caroline Duchatelet est un rituel d'accueil et d'attention, une sorte de cérémonie immobile répétée pour chaque aube. Choisir un lieu et un moment, définir un cadre, laisser la lumière faire son oeuvre en silence. Ce qui a lieu dans l'image ne relève pas tout à fait de l'épiphanie ou de la révélation : car la lumière ne dévoile pas une image définitive, ne fixe aucun cliché ; elle module la variation continue du sensible, préside aux jeux immanents du tracé et de la couleur, de la surface et de la profondeur. Certes, dans la plupart des vidéos, le travail de la lumière fait advenir une image. Mais la vidéo ne s'achemine pas vers celle-ci comme vers une conclusion, un but. Elle accomplit l'opération inverse : à rebours du cliché connu, stable, tel que nous avons l'habitude de le voir, il s'agit de remonter vers un état instable, d'avant la composition. Les aubes de Caroline Duchatelet ne racontent pas une histoire de l'image, elles s'attardent dans sa préhistoire.

Cyril Neyrat
Extrait de Notes sur trois films de Caroline Duchatelet

Lire le texte en entier

 

To film daybreak is to take in the inception of the visible. The gradual increase of daylight both unveils the material world and defines its contours. During the video, the image’s constant metamorphosis demonstrates the extreme plasticity of the visible, its infinite ability to appear and to disappear, to give form to and to deform.

Caroline Duchatelet’s gesture is a ritual that is both a welcome and a moment of attention, a quiet ceremony repeated for each new dawn. To choose the place and time, to define the frame, and to let light carry out its work, in silence. What takes place in the image is not exactly an epiphany, or revelation: For the light does not reveal a definitive image; it does not expose a picture. It shapes the constant variations of the perceptible, governing the inherent games of line and color, of surface and depth. Of course, in most of these videos, the play of light does in fact give rise to an image. But the course of video is not determined by an image per se, like some conclusion or final destination. Quite the opposite is true, the reverse of the familiar and stable snapshots we so often see. Indeed, it is a question here of returning to that state of instability preceding composition. Caroline Duchatelet’s daybreaks do not recount the history of an image—they dwell on its prehistory.

Cyril Neyrat, excerpt Notes on Three Films by Caroline Duchatelet, April 2011

 

 
dimanche 9 août
2009 - vidéo, 8'25"

Voir

 

 
lundi 26 avril
2010, vidéo 9'45"

Voir

 

 
jeudi 3 septembre
2009, vidéo 7'

Voir

 

 
Vision aveugle, disait-on de vendredi le 21 août 2009 - voir avec la peau. Le début des films d'aube place le spectateur dans un état comparable à un retour de syncope, d'évanouissement. Réouvrant progressivement les yeux, raccommodant lentement la vue, le monde nous apparaît comme neuf, débarrassé de la croûte des habitudes, de la peau morte des significations et interprétations. Dans notre absence au monde, nous n'avons pas pour autant perdu la mémoire. Ce monde vu comme pour la première fois, comme à l'état naissant, devient l'écran de notre mémoire stimulée par notre sensibilité. Chaque film-plan de Caroline Duchatelet est une surface de projection. Non pas un écran blanc, mais chaque portion de monde filmé, chaque transformation silencieuse comme support de rêverie associative, de projection imaginaire des visions suscitées dans la mémoire.

Cyril Neyrat
Extrait de Notes sur trois films de Caroline Duchatelet

vendredi 21 août

2009, vidéo, 6'40"

Voir

 

 
lundi 8 décembre
2008, tirages photographiques, encre pigmentaire sur papier mat, 40 x 70 cm

Voir

 

 

dimanche 2 mai
2010, vidéo 9'45"

Voir

 

 

samedi 20 juin
2009, video 8'40"

Voir

 
Retour