documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Katia BOURDAREL 

Philippe Piguet : Bourdarel, le conte comme modalité

Ça commence par une course éperdue, sinon perdue d'avance, de la figure évanescente d'une fillette dans une forêt, et ça s'achève par l'enfouissement virtuel, sinon le basculement, d'une maison occulte qui bruisse de paroles inaudibles sous un ciel féerique.

On pourrait penser que l'art de Katia Bourdarel relève d'un pessimisme aigu et qu'elle n'appréhende le monde que de façon cataclysmique. Il n'en est rien. Traversée, passage, secret, pénombre, abîme..., son monde se décline à l'aune de toute une production d'images peintes, dessinées, photographiques et vidéographiques dont le point commun est leur capacité à nous entraîner dans les abysses de nos rêves et de nos fantasmes, voire de nos peurs. Ici, dans le fouillis aveugle d'une végétation ; là, au bord d'un miroir noir qui creuse au sol un irrésistible précipice ; là enfin, contre les parois calcinées d'une cabane totalement aveugle.

Katia Bourdarel n'a pas son pareil pour nous propulser dans un ailleurs mémorable. Quelque chose du conte, voire de la fable, est à l'oeuvre dans son travail, qu'elle s'invente au fil du temps et des histoires qu'elle se raconte, les transcrivant dans l'espace d'exposition. À Istres, le lieu s'y prête d'autant mieux qu'il est un ancien hôtel particulier qui s'étage sur trois niveaux en une succession de salles dont pas une ne ressemble à l'autre. On y déambule comme on passe d'un chapitre à l'autre, entraîné par l'imaginaire de l'artiste, à l'image de cet ensemble au sujet d'un visage à fleur d'eau, façon Ophélie, qui se laisse emporter dans les flots de la peinture. Intitulée « Le Long Chemin », l'exposition de Katia Bourdarel, est portée par la quête d'un espace autre et d'un temps suspendu, et offre au regard l'occasion d'un asile. Le mode du conte qui la structure invite à faire l'expérience verticale d'une introspection et à s'abandonner au désir enfoui d'une métamorphose.


Par Philippe Piguet · pour l'exposition Le long chemin au Centre d'Art Contemporain Intercommunal d'Istres, 2013



Céline Ghisleri : LES BIENFAITS DE LA LUNE1

« Quand l'oeuvre d'art en elle-même se dresse, alors s'ouvre un monde, dont elle maintient à demeure le règne. » Martin Heidegger2

Il est presque toujours déplaisant pour un artiste de s'entendre parler de son univers tant la formule est plate et un peu fourre tout. Mais en ce qui concerne Katia Bourdarel, difficile d ‘échapper à l'idée qu'elle est à la base d'un monde qui lui est propre et identifiable, à l'origine d'une technique virtuose que l'on reconnaît au premier coup d'oeil, ranimant les médiums surannées que sont l'aquarelle et la peinture à l'huile et qu'elle nous embarque dans des mondes dans lesquels le spectateur entre sur la pointe des pieds tenaillé entre émerveillement et sentiment d'inquiétude...

Dans les oeuvres de Katia Bourdarel, chaque élément nous attire autant qu'il nous effraie, comme la femme lunatique pouvant à tout moment, se retourner contre son amant... Une cabane de bois brûlé et miroitante dans laquelle des secrets féminins se chuchotent Le secret, 2013, le reflet obscur et intimidant des ailes brûlées d'un Eros trahit par sa bien aimée les larmes lourdes, 2013. Des jeunes filles lunaires qui gambadent dans les forêts aquarellées des images fugaces de la vidéo Ailleurs, 2013. Femmes fleurs qui se confondent avec la nature ou Ophélies enténébrées qui s'enfoncent dans des eaux sombres et qui répondent si bien aux vers baudelairiens : « En elle le noir abonde : et tout ce qu'elle inspire est nocturne et profond.3». Les images de l'artiste sont peuplées de personnages mélancoliques, jeunes femmes et jeunes garçons prisonniers à la fois des destins des mythes auxquels ils appartiennent que de leur adolescence. Ils sont l'évocation de figures symboliques qu'ils nous rappellent autant que les jeunes filles lascives de Virgin Suicide. Les esthétiques de Sofia Coppola et Katia Bourdarel n'étant pas si éloignés, dans les images, dans les silences et dans les rythmes. Les rythmes de l'attente et de l'ennui qui poussent parfois au désespoir... Quelques chose de cinématographique est lisible chez Katia Bourdarel, autant dans son découpage des images, dans ses compositions ou dans la pause de ses personnages que dans ses installations qui sont de véritables mise en scène où se trament une histoire sans que l'oeuvre soit narrative. Elle environne le spectateur dans une ambiance et dans un sentiment qui lui fait vivre le solipsisme de ses personnages. Véritables expériences esthétiques, sensuelles et introspectives, aux atours vénéneux des plus beaux poèmes mais desquelles on ne revient pas indemnes...

1- Les bienfaits de la lune est un poème en prose de Charles Baudelaire , d'abord publié dans le spleen de Paris.
2- Martin Heiddeger 1962
3. Le désir de peindre Charles Baudelaire


Texte de Céline Ghisleri, pour l'exposition Le long chemin au Centre d'art contemporain Intercommunal Istres, 2013




Mériam Korichi : De ta nuque à tes reins, l'infini.

Le creux de la toile, immaculée, néant de blanc, est la réserve des couleurs, ces couleurs qui sont des obscurcissements et des éclaircissements corrélatifs du blanc et du noir qui sont comme deux limites toujours transgressées par Katia Bourdarel, ces limites repoussées au c?ur même du tableau. On voit la gamme infinie des couleurs comme creusement de la plénitude originaire, actualisation d'un morceau d'infini à l'intérieur de contours qui s'éloignent de la lumière, s'intensifient, s'opacifient, se matérialisent. Alors on suit la métamorphose du modèle. Il devient cru, sa surface s'approfondit et devient acidulée comme la chair des pommes sures. Renflée et salée comme de la chair vivante. Corps à 37°. De la nuque aux reins, l'affirmation d'une infinie souveraineté. Souveraineté des courbes, des renfoncements et autres enveloppes de chair. L'odalisque, objet de peinture masculine, est reprise et transfigurée par Katia Bourdarel. L'objet féminin devient sujet, s'émancipe du regard, s'approprie son être et son apparence. Il y a comme un défi dans l'air, un défi pour le voyeur. La peinture se dissocie, se scinde entre effets d'objectivation et effets d'assujettissement. L'objet de la peinture est d'abord soumis au regard ; celui-ci - c'est sa nature – ramène l'objet à lui, le rapetissant, il le rabote pour pouvoir l'envelopper, le contenir. Mais l'objet résiste, et l'artiste capte cette résistance. Dans toutes les toiles, il y a de la résistance, dès ce lit primordial et immaculé duquel le corps se tire et auquel il s'oppose, tête enfouie, regard dérobé – non, il ne se donnera pas, fuyant bien que là. Dans ce contexte natal, le corps presque épanoui n'est pas lisse, mais il glisse. Drapé comme une rivière, à la fois paysage et liquide. Assigné et fugitif. L'objet veut le regard, mais ne le rend pas, il l'emmagasine jusqu'à pouvoir donner le sien une fois libéré, advenu à une certaine autonomie. Promesse de conte trouble et cruel. Trouble parce que l'objet contemplé provoque du trouble chez celui qui le contemple. Et cruel parce qu'il est clair que cet objet n'appartient et n'appartiendra à personne, bien que pouvant susciter la convoitise. Regard direct et franc de l'objet devenu fille, sans fleurs ni couronnes, conscient de son geste souverain, officié par une main pailletée d'or. L'objet en processus d'individualisation a quelque chose à exprimer qui dépasse ce qu'en perçoit le regard ; et le regard, pour le saisir, doit devenir à son tour patient, et l'objet devenir agent, c'est-à-dire un sujet autonome, là devant, séparé, autre. Alors on s'approche, on regarde de près, close up, absence de ligne de fuite, pas d'échappatoire, le regard s'engouffre dans la chair, est absorbé, subit l'effet d'une puissance agissante, qui n'est autre que le corps lui-même dans la gloire de son magnétisme bien matériel, incarné par la peinture qui rend présente la chose même, cette dynamique du corps, qui utilise tout le spectre de la lumière, du blanc au noir, des qualités de réflexion totale d'une surface irrémédiablement blanche à celles d'absorption du trou noir. Histoire de passage, affaire de seuil. Mais le chemin tracé n'est pas de sublimation, le but, c'est l'enfouissement dans l'épaisseur profuse des cheveux, un bain dans la matière puissamment mise en forme dans le corps féminin qui déploie sa puissance de rayonnement, fait de surfaces réfléchissantes et opaques, impénétrables, à contempler.

Par Mériam Korichi, pour l'exposition Sans Fleurs ni Couronnes, à la Galerie Eva Hober, Paris, 2015



Rémy Kerténian : Katia Boudarel, de la domestication des monstres...

On a surtout connaissance du travail de Katia Bourdarel, comme interrogation du monde des contes de fées, de la culture populaire et inconsciente de l'Occident moderne... de Peau d'âne au Petit Chaperon rouge en passant par Frérot et soeurette ou Cendrillon... c'est Perrault et les frères Grimm qu'elle convoque sans cesse. Pourtant le travail de Katia Bourdarel s'inscrit aussi dans une réflexion plus vaste intégrant certains grands mythes issus de la tradition gréco-romaine. Et comment pourrait-il en être autrement ? Travaillant perpétuellement sur les états de passage, les failles, les moments de basculement d'un état à un autre : de l'animal à l'homme, de l'enfance à l'âge adulte, de l'innocence à l'impur, de la vie à la mort, pardon à la renaissance... l'oeuvre de Katia Bourdarel est toujours le fruit d'un moment initiatique clef, de la fracture d'un équilibre primordial, comme l'on en trouve dans tous les récits antiques. Jamais perdue, jamais seule elle s'entoure d'une ménagerie étrange et d'êtres effrayants pour mieux nous questionner, nous conduire, nous aussi, à passer un cap.
En 2008, dans la vidéo la danse du papillon, une petite fille voit s'envoler autour de sa chevelure, métamorphosée en un espace végétal inextricable, des papillons et finit par en manger un. L'accent mis sur la chevelure, éternel symbole de séduction féminine. Et là, c'est Psyché que l'on retrouve, celle qui renait après les épreuves, grâce à l'Amour. Le papillon devient alors potentialité de l'être, résurrection vers ce qu'il y a de plus élevé. Et la petite fille de manger ce papillon, d'ingérer ce souffle de vie. C'est par cet acte saturnien, que la naissance, le passage à un autre état est rendu possible. Mais attention ce sacrifice ne va-t-il pas la transformer en Gorgone ? La fillette ne deviendra-t-elle pas Méduse ? n'a-t-elle a signé la fin du papillon ? Envolé, dévoré... sa part sexuée, le sang, cette envie de dévorer... tout va la conduire vers les territoires infernaux de la pulsion de mort... sa chevelure refuge est devenue serpentine, venimeuse... monstrueuse.
Or, Dans bien des mythes, le héros au cours de sa quête doit tuer le monstre : Thésée et son Minotaure, Persée décapitant Méduse, Hercule avec l'Hydre, Nessus ou le Lion... métaphore de leurs pulsions, d'un moi négatif à abattre. Katia Bourdarel dans une sorte de mythologie personnelle, ne tue jamais sa part sombre, par peur de perdre une part d'elle-même sans doute ? De devenir un être fini sans progrès, sans accomplissement possible. Katia c'est plutôt Ulysse, c'est la ruse qui contourne, qui amadoue, domestique... Dans son travail sur Cerbère, à l'instar de Psyché, toujours elle, qui drogue le « toutou » d'Hadès, elle transforme le terrifiant gardien des Enfers en un jouet pour enfant inoffensif : un cheval à bascule qui répète inlassablement une danse, comme un serpent charmé par une musique douce et envoutante... c'est l'Art lui-même qui endort Cerbère... c'est l'alliance de la ruse de Psyché et de la lyre d'Orphée qui agit. L'Art et la Femme pour calmer la bête.

« S'apaisèrent ainsi, soudain, les sales mufles
De ce démon Cerbère, qui assomme
Tant les esprits qu'ils voudraient être sourds. »
(Dante, La Divine Comédie, l'Enfer, Chant Sixième)

Avec la ronde, Katia Bourdarel fait voler au-dessus de nos têtes une spirale infernale de corbeaux... comme un mobile infernal, hitchcockien, plus effrayant que soporifique. Là, il n'est plus question d'engourdissement, de somnolence. Il s'agit de rester éveillé... d'avoir peur, certes, mais aussi d'espérer. Pensons à Suétone, qui en faisant répéter inlassablement au corbeau son cri, ou plutôt un mot : cras, cras, cras ... nous parle de lendemain.
Je suis une louve, lupa sum, hurle Katia Bourdarel... au milieu d'une meute, de sa meute... des louves noires, sombres, chtoniennes, qui pour mieux cacher leur fureur, se dissimulent, se travestissent sous des masques séduisants, brodés, faits d'autres fourrures... dépouilles de chasses antérieures. Entre attraction du premier instant et effroi de la confrontation, les louves de Katia gardent leur territoire, morde la vie, que nul ne serait leur arracher sous peine de ...
Car, ne nous y trompons pas, avec leurs allures de courtisanes trop fardée, dévoreuses d'hommes, ces louves sont nos mères, elles ont élevé Apollon et Artémis, Romulus et Remus et même Mowgli... Elles sont à l'origine de notre survie comme de celle des dieux.



Damien Sausset : L'exigence circulaire...

Cette exigence mise en scène, exposée, libérée, révélée ; exigence qui veut que l'être se déploie dans une oscillation tournant en cercle, mouvement qui va du plus intérieur au plus extérieur, de l'intériorité non développée à l'extériorisation qui aliène. Maurice Blanchot a sans doute été l'un des premiers à identifier clairement cette tournure de l'esprit avant de préciser « ... aliénation qui s'extériorise jusqu'à la plénitude accomplie et réintériorisée. Mouvement sans fin et cependant toujours achevé ». Il y a effectivement ce vertige dans les oeuvres de Katia Bourdarel, une sorte de mise sous tension qui au-delà des figures, au-delà même de ce qui est à voir, ouvre sur l'insondable relation que chacun entretient avec le réel. Question essentielle, massive, sans doute la seule qui vaille aujourd'hui la peine d'être posée. De ce rapport à soi qui découvre l'insondable difficulté à retranscrire ce que nous donne le monde et ce que lui donnons en retour surgit l'étrange conviction qu'il y a dans cet acte quelque chose qui se perd et s'altère. Chez Katia Bourdarel, ce besoin de parler d'elle et du monde est implicite, presque caché, dissimulé, s'incarnant dans quelques thèmes qui sont autant de voiles qu'il convient de soulever avec précaution. Finalement, toute l'?uvre de cette artiste secrète lutte contre notre univers, contre l'abandon de tous à la férocité sans limite d'un libéralisme outrancier qui n'a pour but que de transformer nos rêves en besoins dûment quantifiés. Katia Bourdarel prend donc acte de cette résignation euphorisée qui est l'apanage de nos civilisations et la retourne, l'inverse, démontrant par la même occasion qu'il est encore possible de ré-enchanter notre monde.

Extrait du texte de Damien Sausset pour le catalogue monographique “Les larmes lourdes”, 2012.



Katia Bourdarel : Le Grand Figuier

Assise sur la branche, bien cachée dans le grand figuier du jardin, je regardais ma vie d'en haut.
Je regardais ma mère sortir et entrer dans la maison, s'affairant à des choses qui, enfant, me paraissaient aussi essentielles que la Grande Ourse dans le ciel. Je regardais mon père vérifiant minutieusement que tout soit bien à sa place et maugréant après un papier de bonbon laissé au sol.
Je constatais qu'ils pouvaient vivre sans moi, que leurs gestes étaient bien rodés, leur humeur toujours égale. Je regardais leurs petitesses, leur désamour.
Je pensais que si je restais suffisamment longtemps caché dans mon arbre, peut-être jusqu'à la tombée de la nuit, mais pas davantage car à chaque fois j'oubliais d'emporter de la nourriture, je pensais qu'ils finiraient par s'inquiéter, qu'ils me chercheraient sans me trouver et que dans leur peur de me perdre ils découvriraient leur amour pour moi. Et par là même leur amour pour eux.
J'attendais des heures durant en me racontant de belles histoires ou le chevalier faisait toujours semblant d'être blessé pour que je l'embrasse. Je faisais alors tout pour grandir plus vite afin de pouvoir partir avec lui, vivre loin, dans un château perché en haut d'une colline inquiétante et baignée de brume. C'étaient de belles histoires d'amour comme celles que me lisait ma mère le soir et je me concentrais très fort pour y penser et y croire encore, même quand l'histoire s'arrêtait. Je faisais alors monter des larmes dans mes yeux, puis, en ne fermant pas tout à fait mes paupières, je voyais au travers de ces larmes des points de couleurs: la vie dansait à l'intérieur comme dans un joli conte de fées.
J'ai souvent erré ainsi sur ma branche, et à chaque fois d'une voix autoritaire et pleine d'amour ma mère me demandait de descendre pour faire mes devoirs ou pour ranger ma chambre. Ce que je faisais, sans attendre, de peur de lui faire de la peine.
Un jour mon père a coupé la branche.

Texte de Katia Bourdarel pour le catalogue monographique “Les larmes lourdes”, 2012.



Techniques et matériaux


Mon travail joue avec la polymorphie des supports. De la peinture à la vidéo installation, ma pratique s'adapte au concept et à la sensibilité du projet.