documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Till ROESKENS 

PHOTOGRAPHIES (1999-2001)

Voici quelques résultats, parmi les plus aboutis et les plus simples, d’une recherche purement photographique jouant sur des perspectives multiples, mouvantes, paradoxales, sur les failles qui peuvent s’ouvrir entre une image et l’autre – il s’agissait là d’autant de façons d’interroger la place du sujet regardant (autrement dit : la mienne).

Je réfléchissais beaucoup, alors, sur les notions du dehors et du dedans, qui me paraissaient fort mystérieuses.

le spectacle (2000)

Deux images destinées à se faire face sur deux murs opposés. Deux fois le même lieu, vu de directions opposées. Non pas un simple champ/contrechamp : il y a eu déplacement. Au centre précis de chacune des photos se trouve l'endroit d'où a été prise l'autre, la place vide du spectateur. (Mais où est donc le spectacle ?)

la cloison (2000)

Ici, l’incohérence des deux espaces n’est qu’apparente : c’est qu’à l'œil nu on regarderait difficilement en une seule fois ce que la vision mécanique de l'appareil enregistre avec indifférence – encore qu'une des deux moitiés sera toujours sur- ou sous-exposée. Dans cette impossible coïncidence entre dehors et dedans, il me semblait tenir une limite du visible.

Cette photo a également été la pièce centrale de l’installation La nuit il fait plus clait que dehors

paysage continu (2001)

Voici enfin une perspective véritablement paradoxale. Une image à deux focales qui s’excluent mutuellement : ou bien la présence de la spectatrice produit une disjonction dans le monde qui l’entoure, ou bien, si on inversait les deux côtés de l’image pour rétablir la continuité proclamée du paysage, la personne serait alors éclatée aux deux bords de l’image (comme si le monde faisait irruption en elle).
« Le monde est dans ma conscience, ma conscience est dans le monde : bien que je vive ces deux réalités à la fois, il m'est impossible de les penser ensemble. »

Un exemplaire de cette image (tirage argentique, 68/154 cm, contrecollage dibond, 4 panels séparés) a été acquis par le FRAC Ile de France en 2002.


J’avais également tenté d’expérimenter ce renversement vertigineux des perspectives sous forme littéraire, dans un roman non publié à ce jour, dont une version provisoire se trouve ici.

Retour publications retour menu