documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Geoffroy MATHIEU 

(mue), paysages autour du chantier du viaduc de Millau et de l'A75, 2002-2005
 
Puechas, Causse du Larzac, septembre 2002
 
Puechas, Causse du Larzac, septembre 2002
 
Campéras, vallée du Tarn entre Millau et Peyre, mars 2003
 
Millau et village d'Issis depuis les pentes de Puechas, janvier 2003
 
Puech de Fayssel, depuis les rochers de Puechas, Causse du Larzac, février 2004
 
Vallée du Tarn entre Millau et Peyre, août 2004
 
Bois de Vinnac, près de la Ganasse, Causse rouge, novembre 2004
 
Puech d'Ausset, Causse rouge, octobre 2003
 
Village d'Issis et Plat de Peyre, novembre 2004

(mue), paysages autour du chantier du viaduc de Millau et de l'A75, 2002-2005
Série de 26 photographies couleurs, dont 20 en 68 x 80 cm et 6 en 80 x 100 cm

« Nous comptons je crois sur la photographie de paysage pour rendre intelligible ce que nous savons déjà (...) La géographie est parfois difficile à apprécier avec justesse : ce que nous espérons de l’artiste, c’est qu’il nous aide à découvrir la signification d’un lieu. »
Robert Adams, Essai sur le beau en photographie

Ces photographies de paysage ont été réalisées autour du chantier du viaduc de Millau et de l’A75 entre juillet 2002 et Mai 2005, au cours d’une douzaine de campagnes de prises de vue.
Il s’agissait avant tout de « travailler » ma photographie de paysage sur un espace en pleine mutation où l’homme aménage la nature pour ses besoins de circulation. Ma volonté n’était pas de réaliser un travail documentaire exhaustif ou un reportage sur l’aventure technologique de ce chantier, mais bien de produire une série de paysages autour des figures, dessins et motifs que produit un tel chantier sur la nature. Il me fallait relever ces apparitions et disparitions de formes produites par des hommes, tantôt bâtisseurs et tantôt artiste involontaires.
 

DETOURNEMENT par Awen Jones

Le travail photographique de Geoffroy Mathieu a comme particularité essentielle la résistance aux codes de classification des usages de la photographie contemporaine. Nous montre-t-il de la photographie de reportage ? On pourrait le croire. Effectivement, la construction du viaduc de Millau peut servir de fil conducteur à la lecture de cette série d'images. Or si sujet il y a, ce n'est pas tant du viaduc qu'il s'agit, mais plutôt de la croissante métamorphose du paysage induite par les travaux nécessaires à l'élaboration de ce projet titanesque. Certes il existe une narration, une progression des images, mais si ténue qu'elle ne réduit aucunement l'ensemble du travail à une série de visuels dépendants les uns des autres. Au contraire chaque photographie est cohérente dans la série tout en conservant son autonomie.

Nous montre-t-il de la photographie documentaire ? Au premier abord, cela semble possible. En effet, Geoffroy Mathieu montre la lente transformation d'un paysage sur une durée de trois ans. Il maîtrise les usages de la photographie documentaire et architecturale, en cours depuis une dizaine d'années : emploi de la couleur, utilisation d'un appareil moyen format, vision nette et frontale. Cependant, il réussit à jouer avec les codes de la photographie documentaire dans le but de nous faire appréhender le paysage sous un œil neuf, résolument contemporain. Les éléments très nets semblent disposés sur un même plan. Seule, la composition rigoureuse de l'image propose une hiérarchisation des éléments induite par le désir du photographe.

Cependant, Geoffroy Mathieu s'inscrit plutôt dans le prolongement des artistes du Land Art. Ce courant artistique d'envergure mondiale se développe dans les années soixante et soixante-dix. L'artiste Richard Long en est une des figures les plus marquantes et les plus représentatives. Initialement plasticiens, ces artistes agissaient directement sur leur environnement par la création de formes réalisées à l'aide des éléments du paysage (cailloux, rochers, etc.). La photographie n'intervenait qu'ultérieurement. Elle servait surtout à conserver une trace de leur intervention. En raison de la destruction des œuvres initiales, il deviendra difficile par la suite de différencier l'œuvre de son document. Geoffroy Mathieu détourne avec finesse et subtilité cette problématique. En effet, il choisit un site en proie à des modifications conséquentes. Une intervention directe de l'artiste sur le paysage n'est donc pas nécessaire.

En revanche, le site devient un immense « matériau » mis à la disposition du photographe permettant l'élaboration de ses images. Dans ce contexte, Mue se présente à la fois en tant qu’œuvre et document strictement photographique. La majorité des artistes du Land Art créaient leurs œuvres dans un but politique. Il s'agissait de dévoiler les beautés innombrables recelées par la nature, dans le but de la préserver. Geoffroy Mathieu adopte de fait une attitude beaucoup plus réservée non dénuée d'un certain humour. Il ne verse pas dans le sentimentalisme nostalgique, ni dans une apologie progressiste, et ne tombe pas non plus dans le piège malheureusement courant de l'anecdote. Les éléments disparates du paysage malgré leur anachronisme, semblent retrouver une  place à chaque modification. Pas de loi, pas de règle, tout ceci se côtoie dans une harmonie un peu décalée mais possible, un berger et des moutons sous un arc en béton ; un paysage qui semble scindé en deux parties distinctes de façon tellement artificielle qu'il en semble presque irréel.

À l'instar d'un Alex Mc Lean, Geoffroy Mathieu nous montre à quel point, les notions de nature, de naturel, images d’Epinal de notre monde actuel, sont un leurre. Notre environnement ne peut pas être considéré comme étant un système stable et immuable. Le paysage reste malléable, changeant, instable, tributaire en grande partie de l'évolution des technologies pour le meilleur comme pour le pire. Mais pour autant, faut-il nécessairement en conclure que c'est une catastrophe ?

Awen Jones, octobre 2005

Texte tiré du livre (mue), paysages autour du chantier du viaduc de Millau et de l'A75 2002-2005, Images en Manoeuvres Éditions, novembre 2005

 
Retour