documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Arnaud MAGUET 

Le caractère fétiche de la musique : Fender, Vox & Marshall (série 2) 2007
Tissus, métal et plastique sur châssis bois, 70 x 155 cm chaque
Fabric, metal and plastic on wooden stretcher
Collection du FNAC
 
Le caractère fétiche de la musique : Fender, Vox & Marshall 2007
Tissus, métal et plastique sur châssis bois, 70 x 155 cm chaque
Fabric, metal and plastic on wooden stretcher

 
Le caractère fétiche de la musique : Fender 2007
Tissus, métal et plastique sur châssis bois, 70 x 155 cm
Fabric, metal and plastic on wooden stretcher
 
Le caractère fétiche de la musique : Vox 2007
Tissus, métal et plastique sur châssis bois, 70 x 155 cm
Fabric, metal and plastic on wooden stretcher
 
Le caractère fétiche de la musique : Marshall 2007
Tissus, métal et plastique sur châssis bois, 70 x 155 cm
Fabric, metal and plastic on wooden stretcher
 
 
L’art est la magie délivrée du mensonge d’être vrai.
Theodor W. Adorno

Comme le souligne déjà Theodor W. Adorno dans son ouvrage éponyme datant de 1938, on adore toujours davantage aujourd’hui les moyens de propagation de la musique (disques, machines, interprètes, voix, instruments...) que la musique elle-même. Dans le développement de sa réflexion, le philosophe et musicologue stigmatise l’ineptie du culte pour les Stradivarius pratiqué dans la musique classique. L’équivalent dans la musique populaire actuelle pourrait être le culte sans limite pour les amplis guitare vintage.
Des trois marques emblématiques de ce supposé âge d’or (Fender, Marshall et Vox) il ne reste ici que la dépouille (leurs tissus à motifs déposés) tendus sur des châssis, la plaque/signature de la marque, en bas à droite comme il se doit, parachevant l’ouvrage. Ces signes muets, tartans modernes débarrassés de toutes velléités d’amplification électrique, ne résonnent qu’historiquement dans la mémoire plus ou moins spécialisée de chacun. A.M.

Art is magic rescued from the pretence of being real.
Theodor W. Adorno

As Theodor W. Adorno emphasises in his 1938 eponymous work, today we worship the means of propagating music (records, machines, singers, voices, instruments…) more than we do music itself. As he develops his thoughts, the philosopher and musicologist denounces the inane cult of the Stradivarius met with in classical music. The equivalent in today’s pop music might be the unlimited cult for vintage guitar amplifiers.
Of the three emblematic brands of this alleged golden age (Fender, Marshall and Vox), all that is left are the spoils (their fabrics with their registered designs) stretched on a frame, with the finishing touch of the tag/signature of the brand, down on the right as it should be. These mute signs, modern tartans devoid of any desire for electric amplifying, resound only in a historical way in one’s more or less specialised memory. A.M.
Retour