Bettina SAMSON

A letter always arrives to its destinations

Exposition collective
Du 11/07/2014 au 21/09/2014 à Montpellier



Lieu : La Panacée http://www.lapanacee.org/fr
 

Frame

Exposition individuelle
Du 08/05/2014 au 12/05/2014 à New-York



Lieu : Frieze Art Fair http://friezenewyork.com/
 

Pop-up

Exposition collective
Du 17/04/2014 au 07/07/2014 à Marseille



Lieu : Astérides, Friche La Belle de Mai http://www.asterides.org/
 

Spectres

Exposition collective
Du 01/04/2014 au 05/07/2014 à Sao Paulo, Brésil



Lieu : galerie Nara Roesler http://www.nararoesler.com.br/exposicoes/roesler-hotel-26-spectres-curadoria-matthieu-poirier
 

FIAC Hors-les-murs

Exposition collective
Du 16/10/2011 au 23/10/2011 à Paris


La FIAC 2011 est heureuse de vous annoncer qu’elle inaugure cette année un nouveau programme d’œuvres extérieures dans un lieu emblématique de Paris, le Jardin des Plantes, cœur historique du Muséum national d’Histoire naturelle.
Ce projet inédit sera l’occasion de mettre en valeur un parcours artistique singulier autour d’une thématique d’actualité en totale adéquation avec le lieu : la nature, la biodiversité et l’environnement.

Un thème de plus en plus présent et partagé par les artistes, qui prend donc toute sa cohérence dans ce jardin. Le Jardin des Plantes est doté d’une exceptionnelle diversité végétale ordonnée en onze jardins différents. Les collections végétales vivantes de ses jardins botaniques servent de support et d’illustration à la diffusion des connaissances sur les plantes, les écosystèmes végétaux, l’interaction entre les plantes et les animaux, les relations entre l’Homme et la Nature. Un lieu de pédagogie qui s’adresse à un très large public où se rencontrent les plus jeunes comme les chercheurs scientifiques.

Les œuvres investissent le Jardin des Plantes mais aussi les espaces intérieurs surprenants du Muséum tels que la Ménagerie, les Grandes Serres ainsi que la Grande Galerie de l’Evolution.


Lieu : Jardin des Plantes http://www.fiac.com/hors-les-murs-jardin-plantes.html
 

Genius Loci / Les collections photographiques de M et Mme Fontfreyde

Exposition collective
Du 06/10/2011 au 26/11/2011 à Clermont-Ferrand


GENIUS LOCI : Les collections photographiques de M et Mme Fontfreyde
1/ Le laboratoire de Gustave
Commissariat d’exposition : Garance Chabert.

Lieu : Hôtel Fontfreyde - centre photographique http://www.clermont-ferrand.fr/Expositions-a-venir.html
 

Malluma materio

Exposition individuelle
Du 06/10/2011 au 20/11/2011 à Londres




NETTIE HORN is pleased to present the first UK solo show by French artist Bettina Samson featuring an ensemble of glass pictures, sculptural works and a video piece. Exploring the identity of modern society, Samson's practice articulates around a number of phenomenons issued from cultural history, scientific discoveries and modernist utopias which the artist revives through multiple bridges of connexion intertwining existent, potential and hidden fictions.

Samson’s series of glass pictures entitled For a future observation of the dark matter stems from her discovery of the graphic simulations generated by a spectroscope during her time at the laboratory of astronomy in Marseille. This machine, which is still in production, may one day detect the existence of dark matter - a non luminous and invisible matter which is hypothetically present in large quantities in the Universe. Recalling universal grid systems, these stratified glass pictures, formed through a firing process, invite us to decipher an enigmatic vocabulary leading us to consecutively explore languages from optical astronomy to geometric abstraction. Inspired by Joseph Albers’ glass pictures made in the 1920’s at the Bauhaus, Samson pays tribute to this artist in Last trip to Chichén Itzá and Uxmal and Albers Uxmal. After his move to the American continent in 1933, Albers introduced references to Mexican architecture in his photographic practice and notably to the geometric bas-reliefs of the Mayan temples which Samson refers to in these archaeological style tablets. The nine aligned glass pictures from Albers Uxmal - essentially inspired by the architectural grid system – are presented on a wooden shelf made from American black walnut, another nod to Albers' country of adoption.

The presence of enigmatic elements and occult phenomenons are recurring characteristics in Samson's work and the artist unrestrainedly investigates cosmological themes through fields of a scientific and religious nature. The unorthodox spinning-top entitled Levitation incarnates this communion between diverse entities and dimensions. Using the cone of a plane propeller as the base of the sculpture, this apocryphal object seems to instigate a path linking the earth with the sky, and this despite its current immobility. A closer look at the object reveals the vestige of a previous spin where the spinning-top displays an intriguing black and white anamorphic image. Sourced from a Russian book on Siberian shamanism, this photograph taken in the early 1900’s represents a couple from the Evenk people posing in a forest and in front of an enigmatic and levitating long black shape (which is in fact an aerial coffin) mysteriously suspended from the tree heights... Informed by traditions and beliefs, Samson’s interest lies in the transitional process between one world and another which she addresses by smoothly playing with notions of anachronism and parallelism. This idea of transition and opening is physically incarnated in the work entitled First photography of the solar spectrum, with reindeer's skin referencing Marcel Duchamp’s Fresh Widow and resonating as a tribute to modern architecture. In this piece, the first pane of the sliding window is kept black while the second one carries the reproduction of Samson's previous work First photograph of the solar spectrum, discoloured by time, with absorption spectrum, a representation of the first ever colour photograph of the solar spectrum. In a Duchampian logic and by voluntarily making the window panes opaque, Samson reverses the codes of the nature of light in order to question the invisibility of parallel worlds and their similarity.

Continuing her exploration of the physical phenomenons associated to optical principles, Two uranium glass seltzer water bottles from Bulgaria and New Zealand, circa 1910 is a ready-made composed of two empty bottles of sparkling water dating from 1910 and made from blown glass. Containing a radioactive element called uranium oxide which was used mostly between 1880 and 1920 to colour glass, the bottles emanate a slight green glow which can be revealed through their exposure to ultraviolet light. Symbols of a cultural and economic history, the bottles come from Bulgaria and New Zealand - two countries located at nearly opposite longitudes - and therefore illustrating both the extent of the propagation of this uranium glass during a specific period as well as the premise of a truly worldwide economy based on exchanges and major influences. For the video entitled Cinq fois 3:30 d’expositions Samson filmed in Super 8 format one of her previous installation. Testifying to her interest in anterior strata as well as the concept of “mise-en-abyme” and the origin of experimental cinema, the film shows a succession of flashing lights whose frequency and intensity gradually increase along with the decrease of the quality of the image. This degradation was obtained through rolling the film tape around a fragment of radioactive mineral. Through these two works, Samson revisits recent fields of investigation by continuing to delve into the history of modern science and the origins of radioactivity.







Lieu : Galerie Nettie Horn http://www.nettiehorn.com/
 

SKEPTICISM FROM A SOFA

Exposition collective
Du 24/09/2011 au 23/10/2011 à Moscou


Special projects / 4th Moscow biennale of Contemporary Art


SKEPTICISM FROM A SOFA
Curator: Nicolas Audureau
Artists: Louise Hervé & Chloé Maillet, Camille Laurelli, Théo Mercier, Bettina Samson, David Ter-Oganyan, Raphaël Zarka
Supported by the galleries Marcelle Alix, Paris, Gabrielle Maubrie, Paris, Michel Rein, Paris, Guillaume Sultana, Paris; and the French Institute of Moscow
Partners: Institut français - Ministry of Foreign Affairs, Paris; Embassy of France in the Russian Federation
Venue: Arthouse
Address: 6-2/19 Tessinsky lane
Opening: September 24, 2011 at 2 p.m.

Lieu : Arthouse http://4th.moscowbiennale.ru/en/program/special_projects.html
 

Minusubliminus, des collections à la fiction

Exposition collective
Du 09/09/2011 au 24/12/2011 à Cosne-sur-Loire


Aurélien Mole & Co: The Atlas Group, Guillaume Bijl, Mark Dion, Estefanía Peñafiel Loaiza,
Cristina Lucas, Bettina Samson et Julien Tiberi.

Le projet Minusubliminus implique trois partenaires : la Ville de Cosne-Cours-sur-Loire par le biais du musée de la
Loire, le réseau des médiathèques Loire et Nohain et le collège René Cassin.
Présentant le témoignage des activités ligériennes disparues et une remarquable collection de peintures
modernes, le musée de la Loire mêle différentes disciplines telles que l’art, l’histoire, l’ethnologie…
Minusubliminus s’inscrit directement dans ce contexte à travers une exposition qui questionne la nature même
d’une structure muséale, interrogeant par exemple la présentation des objets patrimoniaux, la diffusion du
savoir ou encore les grilles de lecture qui y sont véhiculées...

En effet, tout musée offre au regard des objets présentés comme dignes d’intérêt, mais propose aussi et surtout
un discours précis et circonscrit sur le réel, qu’il soit passé ou présent. Car la réalité et les représentations
que nous nous en faisons sont intimement imbriquées et la tentative de l’objectivité souvent vouée à l’échec.
Cela est d’autant plus vrai dans un dispositif muséal où les objets exposés relèvent tant de l’intérêt scientifique
qu’esthétique ou narratif. L’histoire surprenante du perroquet Ver-Vert du jésuite Gresset, évoquée au musée, a
nourri les réflexions autour de l’exposition. Elevé par les sœurs de Nevers, Vert-Vert est un perroquet « dévot »
qui parlerait un langage châtié et chrétien. Offert par les religieuses neversoises aux nantaises, le perroquet est
confié à un batelier de Loire afin d’être transporté jusqu’à Nantes. L’histoire raconte qu’il apprend sur le bateau le
vocabulaire des matelots et arrive à bon port jurant comme un charretier, au grand damne des sœurs.

Tout musée n’est-il pas le véhicule de légendes, de traditions, de mythes et d’idéologies ? L’exposition aborde
cette problématique de la rencontre entre faits et fictions, qu’ils soient d’art, d’histoire, de géographie ou de
sciences naturelles.

Dans une première partie, Aurélien Mole est invité à poser son regard sur les collections permanentes par la
production d’œuvres spécifiques, soulignant alors un contenu, proposant une interprétation, une façon d’offrir une
relecture particulière à cette collection avant le récolement qui aura lieu en 2012*. Aurélien Mole a de multiples
casquettes (artiste, critique d’art, photographe d’exposition…) qui lui permettent de transférer des pratiques d’une
discipline à une autre. Son travail offre une combinaison de romantisme et de pragmatisme, de magie et de
science. La mise en scène d’objets trouvés ou d’œuvres d’autres artistes fait émerger des lectures ambigües de
ces artefacts, comme autant d’histoires à interpréter. Pour le musée, c’est une histoire parallèle qu’il provoque et
un regard inattendu qu’il propose au spectateur d’exercer.

Dans la salle temporaire, une exposition collective approfondit la problématique dans des directions différentes.
The Atlas Group met en scène la notion d’archives, éléments souvent utilisés comme signes d’une vérité historique.
L’œuvre de Guillaume Bijl produit un effet perturbateur, brouillant les codes habituels des musées en y présentant
des objets de notre quotidien. Il nous transporte ainsi dans un musée du futur. Marc Dion, quant à lui, porte un
regard assez critique sur les valorisations que nous pouvons faire de certains objets (blasons, trophées, animaux
empaillés…), oubliant souvent les jeux de pouvoirs qui s’y incarnent et qui peuvent être pourtant violents. Cristina
Lucas aussi s’intéresse aux structures du pouvoir véhiculés par la mémoire collective et en décalage avec les
faits historiques. Estefanía Peñafiel Loiaza, elle, met à jour de manière poétique nos grilles de lecture afin, à la
fois de nous permettre un regard éclairé sur certains aspects de la réalité, mais aussi de la distordre vers d’autres
interprétations. Julien Tiberi part également du côté de l’imaginaire en créant des anachronismes scientifiques
et artistiques. Enfin, Bettina Samson met en exergue l’esthétique inhérente aux pratiques scientifiques, floutant
délibérément la frontière entre création artistique et création scientifique.

Céline Poulin, commissaire de l’exposition et chargée de la programmation Hors les murs du Parc Saint Léger.

Lieu : Musée de la Loire, Hors les murs du Parc Saint-Léger http://www.parcsaintleger.fr/popups-prog-hlm-2011/musee-loire.htm
 

Science of Sight: Alternative Photography

Exposition collective
Du 09/06/2011 au 16/07/2011 à San Francisco


SAN FRANCISCO— In a world viewed through a digital lens, photography can manipulate memory, subvert the senses and enhance the present beyond all reasonable recognition. How much is too much? The search for fact over fiction muddled by the powerful tools of the moment has encouraged a review of the tenants of this medium, and as the pendulum swings, artists have begun to reconsider the basic tools and processes of this expression.

Haines Gallery’s Science of Sight: Alternative Photography brings together an international roster of practitioners who mine the past. Their control of light and their physical manipulation of photographic paper investigate the difference between making and taking, image and object.

Science of Sight: Alternative Photography includes work by MarieAnge, Jo Babcock, Marco Breuer, John Chiara, Pierre Cordier, Binh Danh, Susan Derges, Michelle Kloehn, Klea McKenna, Abelardo Morell, Bettina Samson, Shi Guorui and Wendy Small. These artists’ methodologies illustrate the pliability of light with processes as diverse as chemigram, daguerreotype and wet plate collodion process to camera-less photography, camera obscuras and pinhole cameras.

Through their varied approaches, Shi Guorui, Wendy Small and Bettina Samson, investigate the most analogue photographic tool, the photogram, first invented by William Fox Talbot in 1834. Shi Guorui, primarily recognized for his large-scale camera obscura works of iconic Chinese landscapes, presents here images of objects from the permanent collection of the Fine Arts Museums of San Francisco. These life-size photograms made during a residency in the Bay Area resulted in an exhibition at the de Young Museum in 2007. Wendy Small works on a more intimate scale, utilizing everyday objects from her personal holdings to construct delicate, lace-like mandalas of light and shadow. Bettina Samson achieves her photograms by exposing photographic paper to the intrinsic glow of the mineral uraninite. By displaying these seemingly alchemic images alongside replicas of the objects from which they are derived, Samson explores notions of the unseen and unexplained in tandem with the scientific and proven.

Jo Babcock creates pinhole cameras from found objects to produce images that reflect the original object’s function. At Haines, Babcock exhibits one such device made from a Bell & Howell projector case with its corresponding photograph of the Roxie movie theater.

Abelardo Morell converts full-sized rooms into camera obscuras that project spectacular views of the outside world across interior spaces, joining inside and out. John Chiara transports his hand-built 50” x 80” field camera mounted on a flatbed trailer, thereby allowing him to simultaneously shoot and develop large-scale positive exposures. His long exposures are part photography, part event and part sculpture – an undertaking in apparatus and patience.

For Marco Breuer and Pierre Cordier, the power of the image lies in the manipulation of the photographic paper itself. Through burning, scratching, and slicing the paper’s surface, Breuer transcends the medium, his work more reminiscent of abstract painting than photography. Cordier, father of the chemigram, truly paints his work using photographic chemicals alongside varnish, wax, glue and eggs to create enigmatic images that are impossible to realize by any other means. The physicality of these works is beyond compare.

Lieu : Haines Gallery http://www.hainesgallery.com
 

Bettina Samson

Exposition individuelle
Du 04/12/2009 au 13/02/2010 à Noisy-le-Sec


Pour sa première exposition personnelle d’envergure, Bettina Samson (née en 1978) a conçu un projet spécifique où convergent ses récentes expériences inspirées de découvertes scientifiques et son intérêt pour l’histoire des utopies. Croisant ces deux axes de recherche autour de la question du progrès dans sa dimension technique et sociale, une quinzaine d’œuvres transforment La Galerie en un paysage de strates temporelles dans une succession d’espaces aux ambiances colorées complémentaires.

Lieu : La Galerie
 

Replica

Exposition individuelle
Du 02/04/2009 au 03/05/2009 à Paris


Pour sa première exposition personnelle dans une institution parisienne, Bettina Samson présente une étrange sculpture.
Comme le titre de l’exposition l’indique, elle a produit une réplique d’un dispositif préexistant. Dans le désert de Mojave,
une cabine téléphonique a été installée il y a cinquante ans, à destination des mineurs qui travaillaient non loin. Après la fermeture de la mine, elle demeure en activité sans plus aucune raison évidente. Dès la fin des années 90 - d’internautes en voyageurs New Age - l’existence de cette cabine et son numéro 760-733-9969 deviennent célèbres. Culte d’une technologie galvaudée ? En raison de la rumeur grandissante, les autorités de la réserve du désert demandent rapidement à la compagnie Pacific Bell de démonter l’installation.
Bettina Samson se saisit à son tour de ce dispositif à la croisée des temps, des technologies et des usages médiatiques pour le reproduire dans l’espace d’exposition. Des parallèles se dessinent reliant la désolation du désert à l’autonomie de l’oeuvre d’art, les spectateurs rejoignent alors la communauté des mineurs d’antan et des pèlerins cybernétiques.

Lieu : Module 1, Palais de Tokyo http://www.palaisdetokyo.com/fo3/low/programme/index.php?page=nav.inc.php&id_eve=2593&session=39
 

A listening Room

Exposition collective
Du 21/05/2008 au 19/07/2008 à Ivry-sur-seine


Avec Inigo Cabo, Matthieu Clainchard, Tal Hadad, Franck Leibovici, Bettina Samson, Vittorio Santoro, Eric Stephany

Commissaire Manuel Cirauqui

Lieu : Anne+ http://www.anneplus.com
 

Stratos Fear

Exposition collective
Du 30/04/2008 au 15/06/2008 à Marseille


Stratos Fear

une exposition de
Julien Tiberi et Bettina Samson

Lieu : RLBQ http://www.rlbq.com
 

Regionale 8

Exposition collective
Du 24/11/2007 au 31/12/2007 à Bâle


L'installation "Operation Hurricane" a d'abord été pensée pour, et exposée cet été à Overgaden, Copenhague. Ici, elle est accompagnée d'un document qui la replace dans ce contexte.
La particularité de l'installation est d’être activée, non pas par l’artiste ou par une personne du centre d’art, ni même par les visiteurs, mais par le vent qui souffle à l’extérieur du centre d’art. Elle est donc souvent éteinte.
“Operation Hurricane” est le nom de code de l’operation militaire canadienne au cours de laquelle un drapeau est planté chaque année sur la minuscule île Hans, perdue sous les glaces à mi-chemin entre les îles Ellesmere (Nunavuk) et le Groenland et oubliée lors du partage des eaux territoriales. Sa souveraineté est revendiquée aujourd’hui à la fois par le Danemark et par le Canada.


Lieu : Kunsthalle
 

Birds of a feather

Exposition collective
Du 27/10/2007 au 05/12/2007 à Brest



Lieu : Galerie ACDC http://www.Galerieacdc.com
 

Mail Delivery System / Marseille artistes associés

Exposition collective
Du 27/10/2007 au 09/12/2007 à Marseille


MAIL DELIVERY SYSTEM

#1 : processus zombie, du 26 octobre au 9 décembre 2007
#2 : mailer daemon, du 15 décembre au 30 janvier 2008
#3 : dead letters office, du 7 février au 30 mars 2008

avec Bettina Samson, Francesco Finizio, Alain Rivière, Mariusz Grygielewicz, Marc Quer, Stéphane Bérard, Julien Tiberi, Colin Champsaur, Gail Pickering...

Sous le titre générique de MAIL DELIVERY SYSTEM, les trois expositions présentées successivement au [MAC] Musée d'Art Contemporain de Marseille initient une série d'expositions destinées à être présentées dans différents lieux.

Jouant d'interférences entre le registre de l'échange épistolaire, aussi persistant que désuet, et celui des réseaux de communications modernes aux méandres nébuleux et fantasmatiques, MAIL DELIVERY SYSTEM indique moins un thème qu'un fil rouge. À travers la singularité des oeuvres et leurs agencements successifs, se rejoignent l'expérience d'une condition contemporaine prise dans un mouvement général de communication et d'images et la persistance des problématiques philosophiques et existentielles qui saisissent les individus.

Le 26 octobre 2007, lors du vernissage de "Marseille et Artistes Associés 1977-2007", la performance intitulée No Cancan de l'artiste londonienne Gail Pickering marquera, à l'occasion de l'ouverture de la première exposition de la série présentée au [MAC], l'acte inaugural de MAIL DELIVERY SYSTEM.

Lieu : RLBQ / Musée d'art contemporain http://www.rlbq.com
 



Exposition collective
Du 29/09/2007 au 10/11/2007 à Marseille



Lieu : SMP http://www.s-m-p.org/
 

Promenade au Zoo / Une proposition de Saâdane Afif

Exposition collective
Du 19/09/2007 au 06/01/2008 à Lyon



Lieu : Biennale d'art contemporain
 

The Re-conquest of space

Exposition collective
Du 07/07/2007 au 19/08/2007 à Copenhagen


The Re-conquest of Space presents works by eight international artists, who all take a critical approach
to standard architectural norms and regulations, that influence our environment and shape our experience
of space.
The artists each create a site specific installation, and the expressions are very versatile: From modules
of wooden slats and extensive cardboard structures to architectural forms deprived their functionality
– from metal and light boxes to film clips, glass screens and wind machines. The works literally seem
to conquer the exhibition space of Overgaden as they proliferate and extend through repetitions and
displacements. One of the works even stretch all the way to the roof of Overgaden and further out into
the world.
Among the exhibiting artists are critically acclaimed Knut Henrik Henriksen (N) and Karina Bisch (F) as
well as the internationally recognised artists Guillaume Leblon (F) and Vincent Lamouroux (F). Other
contributors include younger artists such as Pierre Labat (F), Katja Pfeiffer (D), Riccardo Previdi (I) and
Bettina Samson (F).
At the opening reception, the French Embassy in Copenhagen is offering a glass of champagne.
Curator: Fanny Gonella

Lieu : Overgaden http://www.overgaden.org
 

C. Berdaguer et M. Pejus, Bettina Samson, Marc Etienne

Exposition collective
Du 10/06/2007 au 13/07/2007 à Marseille



Lieu : Galerie Bonneau-Samames http://www.bonneau-samames.com
 

Des mondes perdus

Exposition collective
Du 25/05/2007 au 16/09/2007 à Bordeaux


Dans le flux ininterrompu des images, des informations et des technologies leurs oeuvres se lisent comme des dispositifs de régurgitation ou de décélération. Comme si certaines images, certaines formes refusaient de disparaître, et revenaient hanter nos consciences amnésiques.
Qu’elles soient techniques, formelles, ou conceptuelles, les régressions opérées par les oeuvres de l’exposition procèdent toujours par confrontation ou inversement, dans un fascinant mouvement de balancier dialectique, entre décélération et friction,passé et futur, archaïsme et modernité.
Comme dans les nombreux récits des mondes perdus produits par la littérature du 19e siècle, la brusque accélération technologique et scientifique que nous connaissons réinsuffle des peurs archaïques. La science-fiction retrouve sa pleine vigueur, l’irrationnel est de mise, l’iconographie de l’heroic fantasy truste la nouvelle peinture.
Quand l’industrie de l’entertainment est en train d’entreprendre la plus incroyable révolution des images et de changer tout notre système de représentations, nombre d’artistes retournent en effet à des techniques, des formes et des motifs
rétro-futuristes, voire passéistes. Partout, la mélancolie règne, aiguisée par la conscience d’un monde qui ne se contrôlerait plus et qui s’abîme. Dans les récits des mondes perdus justement, la découverte de ces civilisations ou de ces objets enfouis s’accomplit de manière violente. La dimension régressive des oeuvres exposées au CAPC fait surgir cette part sombre de la psyché que le rationalisme triomphant a occulté.

Commissaire : Charlotte Laubard

Lieu : CAPC