documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Antoine D'AGATA 

Aka Ana 2008
A., un homme sans attaches, rescapé d'un long périple, collecte des images ivres, morceaux épars d’une identité aussi atomisée que les territoires qu'il parcourt. Il s’épuise dans l’étrangeté de signes, de lieux, de langues insondables. Il n'y a pas de dieu ou d’indulgence dans ses nuits. L’inventaire du monde est une mécanique qu’enraye l’idée de moralité et A. engage le même protocole inépuisable, traverse et est traversé d’expériences dont le dénominateur commun est l’excès. Il a ses raisons. Dérives narcotiques et nodales, rencontres sexuelles tarifées et/ou amoureuses, c’est un trajet du désir et de la solitude vers la conscience du vide. Une communication possible des êtres à travers leurs blessures profondes. A. se perd en lui-même avant de réenclencher le disque rayé de sa sexualité. Cette dépense d’énergie s’apparente à une poursuite de la jouissance, de la peur et du sens qui ne connaît pas de satiété : recherche effrénée du sentiment d’appartenir à la vie, dans la vie, en vie. A. subit les accoutumances d’une vie qui pactise avec la peur et dont le principe tacite est l’oubli. Il consigne un corpus d’expériences provoquées, reconstruit le désordre, cherche, à tout prix, sa place dans le monde. Il s'invente un scénario extrême qu’il se condamne à vivre et dont il sera acteur à part entière. (…)

Extrait du texte « SYNOPSIS » dans le catalogue de l’exposition « L’image d’après », publié par les éditions Steidl, 2007.

Aka Ana, Tokyo 2007
Court et long métrage

Aka Ana 2008
Long métrage, 1h, Lazennec, Paris

Aka Ana 2007
Court métrage, 22 min, La Cinémathèque Française/Lazennec, Paris