documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Boris CHOUVELLON 

The small illusions 2008
Techniques mixtes, dimension variables
Mixed technique, variable dimensions


Au départ, un objet dont la composition rappelle sa fonctionnalité, un contenant et son ornemen- tation issus d’un vocabulaire décoratif tenant du trophée. La fonction d’usage, qui l’articule glisse également vers celle de la sculpture et de l’architecture: la base du pied est supportée par un socle où un « degré » que l’on rencontre dans l’architecture classique, permettant d‘exaucer les monu- ments ainsi que dans la structure des podiums sportifs.
La coupe souvent rangée sur l’étagère dans les cafés des sports ou dans les environnements domestiques se retrouve ici dans une construction qui opère un déplacement par rapport à cette présentation dysplay fétichiste. Elle devient un module qui forme motif pour une articulation répé- titive.
On peut appréhender « the small illusions » selon plusieurs points de vue. En s’en approchant on entre dans un monde macroscopique, en s’en éloignant on perd la singularité de chaque élément qui ne vient plus que participer à la construction en y ajoutant de légères variations de formes, de couleurs et de lumière.
The small illusions (un dispositif aux dimensions variables) est un ensemble de colonnes du sol au plafond constitué de coupes, de trophées que tout un chacun peut ou a gagné à une compé- tition du dimanche, celles présentes dans l’inconscient collectif. Ici l’objet est déplacé pour former un motif décoratif dont le sens va de la formule célèbre d’Andy Warhol du quart d’heure de célé- brité jusqu’à celle de la notion de la réappropriation de son corps, du goût de l’effort en dehors du monde du travail, selon l’appréciation.
Tout ceci nous plonge devant une multitude de miroirs qui démultiplie la vision du dispositif comme une mise en abîme de la victoire et de ces avatars.

At the start, an object whose composition reminds one of its practicality, content and an ornamentation coming from a decorative vocabulary related to trophies. The usual function that articulates this piece also relates to sculpture and architecture: Its base is sustained by a socle or “step”, which one can often find in classical archi- tecture, allowing to enhance monuments as well as the structure of sports podiums.
Here, we are faced with a construction that operates a change in the usual fetishist display of the cup, which is often left behind on the shelves of sports cafés or in private households. It becomes a component that draws a pattern in order to become a repetitive combination.
“The Small Illusions” can be seen from different points of view. By approaching it, one enters into a microscopic world, whereas if one moves away, he loses sight of the uniqueness of each element that no longer participates in the entire construction by adding light variations of form, colour, and light.
“The Small Illusions”, (a device of variable dimensions), is a group of columns going from the floor to ceiling made of cups and trophies that anyone can win or has won at weekend competitions, part of those existing in everyone’s unconscious.
Here, the object is shifted to become part of a decorative pattern with different meanings ranging from Andy Warhol’s famous claim “everyone is famous for 15 minutes”, to the notion of re-appropriation of our own body, or a taste for effort outside work - depending on one’s own experience.
All of this throws us into a multitude of mirrors that multiply the vision of the device, like a story within the body mixing both victory and mishaps.

 

Retour