documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Pierre BELOUIN 

Le projet Économie Solidaire de l’Art 2014
Voir le site officiel

Au début de l’été 2014, quatre artistes ont créé le groupe de réflexion Économie Solidaire de l’Art, visant à améliorer la situation économique des artistes plasticiens en France. Aujourd’hui, alors que le groupe initial s’est agrandi1, la page réunit désormais près de 11 000 personnes : artistes, critiques et journalistes, commissaires, responsables d’institutions et d’associations, professionnels de la culture, étudiants d’écoles d’art…

À l’origine et au centre d’une économie de l’art qui donne lieu à une intense activité, les artistes plasticiens et les indépendants du secteur travaillent - paradoxalement - pour la plupart d’entre eux dans une grande précarité. Les logiques d’excellence qui régissent légitimement le monde de l’art ne justifient ni le travail gratuit ou précaire de ses acteurs, ni les écarts croissants entre la production des oeuvres et
la distribution de la valeur qui en résulte. Contrairement aux réflexions et mouvements menés autour du régime des intermittents du spectacle, les auteurs du secteur des arts visuels n’ont pour leur part jamais ouvert à grande échelle un débat sur les conditions de leur rémunération et de l’exercice de leurs activités. Le projet Économie Solidaire de l’Art vise à discuter et à formaliser des dispositifs permettant d’améliorer significativement cette situation, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, privés et publics.

Économie solidaire de l’art publie aujourd’hui une charte à l’attention de tous les acteurs des arts visuels en France, qui vise à faire valoir une éthique des situations de création et une rémunération pour toute intervention sollicitée auprès des créateurs indépendants.

Créé par Pierre Beloüin, Carole Douillard, Thierry Fournier et P. Nicolas Ledoux, le groupe a été rejoint ensuite par Damien Béguet et Grégory Jérôme.

Voir la conférence à la Gaité Lyrique (à partir de 23'30)
Lire "pourquoi payer les artistes ?", Emmanuelle Lequeux
Retour