documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Laurent PERBOS 

« Sumbolon » ou le puzzle de l'artiste
A Saint-Flour, l'artiste Laurent Perbos assemble ce que Florus, l'évêque et créateur de la ville, séparait de sa main pour permettre son passage : la roche. Chacun, à leur manière, reconfigure la ville pour son propre usage, usant de stratagèmes pour faire naître la légende. Mais la comparaison s'arrête là, l'artiste n'ayant rien à prêcher ni personne à convertir.
Les sculptures que Laurent Perbos a imaginées pour Saint-Flour renvoient en écho le paysage minéral de la Haute-Auvergne. Appréhendés autant pour leurs qualités matérielles que pour leur sens, ces rochers extraits d'une carrière locale et sélectionnés au hasard valent pour tous les rochers. Ils constituent les pivots centraux des œuvres, autour desquels les autres signes se distribuent.
Les pierres ont toujours joué un rôle fort dans l'imaginaire de l'homme. On les dit dotés de propriétés magiques, contenant des esprits et à l'origine de nombreuses légendes. Un monde onirique s'introduit subtilement par l'entremise des rochers : quelle mer glaciaire a pu charrier de tels rochers jusque dans la ville ? Quel esprit s'est figé dans ces pierres ? Des récits se mettent en place.
Ces sculptures de Saint-Flour poursuivent la série des œuvres figurant des objets naturels - arbres, feu - sculptés en matériaux ostensiblement artificiels. Ici l'artificialité de l'objet est rendue par la combinatoire, qui fait œuvre.
Laurent Perbos est un prosélyte des rapprochements contre-nature : il force la « nature-artiste » et introduit des cas particuliers dans les hasards aveugles et mécaniques de la biologie. Les œuvres prennent la forme « d'inventions conjuguées » par la mise en relation de plusieurs éléments antagonistes. Des interférences entre formes naturelles et formes culturelles sont provoquées et redoublent leur rivalité. Le regardeur est confronté à un objet a priori bien défini qui, à un moment, s’éloigne de ses buts et transgresse sa nature.
Par un savant jeu d'équilibre entre colorimétrie et volume, tension et torsion, les matériaux se confrontent. L'étai tirant-poussant, habituellement utilisé pour soutenir un mur qui menace de s'écrouler ou lors de travaux, est ici employé comme trait d'union, instituant un rapport entre deux rochers et rendant visible un lien immatériel. Ailleurs, il suspend un jardin étagé, comme une montagne de Babylone pour massif végétal.
Ces effets combinatoires produisent des décalages de sens et de fonctions qui mettent en branle un jeu d'associations d'idées. Le terme grec « sumbolon » recouvre la notion d'objets incomplets, qui ne prennent leur signification qu'au contact les unes des autres, comme dans un puzzle. Les œuvres de Laurent Perbos font surgir des « sumbolon » inattendus, qui révèlent in fine des liens de réciprocité entre éléments. Un symbole est créé en même temps qu'un nouveau sens est révélé. Mais l'artiste n'en livre pas la clé : l'initiation revient au spectateur, à l'aune de son imaginaire et de ses désirs.
Laetitia Chauvin, Mai 2014


 

Babylone

Rock Lover

Babylone #1 et #2