documentsdartistes.org

ARTISTES
DE A à Z


Laurent PERBOS 

"Les statues sont maintenant des cadavres que leur âme vivante a quittés..."
Georg Wilhelm Hegel Phénoménologie de l'esprit 180


 

Eeriness

Epistaxis

Création d'Adam

Dessins

 

« Dans les expositions de Laurent Perbos, on évolue dans un monde imaginaire, dans lequel les objets prennent vie grâce au contre-emploi que l’artiste leur inflige. Un monde dans lequel les choses ont subi une métamorphose autant formelle que philosophique. L’artiste joue avec la nature purement conventionnelle du lien entre le signe et le sens et interroge les rapports que nos idées entretiennent avec les images. Laurent Perbos utilise des procédés littéraires ou poétiques, comme l’oxymore, la métaphore et crée des images ambivalentes aussi bien mentales que visuelles, dans un but certain, que le récit s’impose sur l’image ».
Céline Ghisleri, 2010

Eeriness est un projet qui consiste à donner vie à certaines statues, non pas en animant leur forme, mais plutôt en les dotant d’un sentiment. Celui de la tristesse par exemple, qui pourrait se matérialiser par des larmes qui coulent, ou bien le sentiment de souffrance qui verrait perler des gouttes de sang d’une plaie ouverte.
Je n’imagine pas une animation mécanique de ces statues, ni même une représentation picturale des larmes et du sang, mais je vise plutôt, à les doter d’une émotion réelle.
En somme, je compte insuffler une émotion de vie à la sculpture antique, celle figée dans le marbre depuis des siècles.
Mes premières recherches, sous forme de dessins, ont abouti à l’idée de travailler sur les fluides corporels : le sang, les larmes, les gouttes de sueur, l’urine…
Cette question des « humeurs » est riche de sens, elle renvoie à une étymologie double ; l’une est liée aux fluides corporels et l’autre à l’état régissant les émotions et les affects.
Ces humeurs en tant que fluides, insufflent alors aux statues des humeurs au sens spirituel et psychique du terme.
Afin d’amplifier la charge poétique de ces « sculptures-vivantes », je souhaite associer un vocabulaire de signes au pouvoir évocateur fort. L’image de l’arc-en-ciel par exemple, pourrait être mixée avec celle des statues antiques, animée d’émotion, de souffrance ou de tristesse. On pourrait donc voir apparaître, des statues pleurant, saignant ou même urinant un liquide aux couleurs de l’arc- en-ciel, ouvrant ainsi sur un nouveau schéma narratif.
Laurent Perbos, 2012


Retour